Imprimer

Au cœur de l’actualité

Une meilleure condition cardiovasculaire réduit les risques cardiaques

Une meilleure condition cardiovasculaire réduit les risques cardiaquesUne bonne condition physique réduit les risques de décès reliés aux maladies du cœur, selon une étude menée par des chercheurs japonais. Aux fins de l’étude en question, publiée récemment dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), des chercheurs japonais ont examiné 33 études comparant la condition physique cardiovasculaire et les risques de maladies du cœur. Ils ont découvert que les personnes les plus en forme en soutiraient des bienfaits certains.

Les chercheurs se sont penché sur les données d’environ 100 000 personnes âgées entre 37 et 57 ans afin de déterminer leur capacité d’aérobie maximale. Les auteurs disent qu’en mesurant la vitesse (en km/h) à laquelle une personne peut courir ou jogger avant de s’épuiser, on obtient un indicateur assez fidèle des risques de maladies du cœur. Avec ces critères de mesure, les chercheurs ont découvert que les personnes dont la condition cardiorespiratoire est plutôt faible couraient à environ 7,9 km/h, comparativement aux personnes en meilleure condition qui atteignaient 10,9 km/h ou plus.

Chez les personnes en moins bonne condition, le risque de décès toutes causes confondues était 1,7 fois plus élevée que chez les individus en meilleure condition physique. De même, ces personnes étaient 1,5 fois plus exposée aux maladies du cœur et aux maladies cardiovasculaires que celles qui étaient en meilleure condition physique.

Pour en savoir plus sur les tests de maladies du cœur.

Affiché le 25 mai 2009

Source : Kodama S, Saito K, Tanaka S, et al. “Cardiorespiratory Fitness as a Quantitative Predictor of All-Cause Mortality and Cardiovascular Events in Healthy Men and Women.” A Meta-analysis. Vol. 301 No. 19, 20 mai 2009

Renonciation: Les renseignements contenus dans cet article sont présentés strictement à des fins de référence et d’éducation. Ce texte n’est pas destiné à remplacer les conseils d’un médecin, ni un traitement médical. Le contenu ne représente pas forcément l’opinion ou les politiques de la Fondation des maladies du cœur et celle-ci n’assume aucune responsabilité ni obligation découlant de toute erreur ou omission survenues dans cet article, ni de l’usage de toute information ou de tout conseil contenus dans ce dernier.